Batman Reborn RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier
Si toutefois vous avez des questions à poser sur quoique ce soit concernant le forum, les invités peuvent les poser ici: Partie des Invités

Partagez | 
 

 II. Les débuts du Chevalier Noir

Aller en bas 
AuteurMessage
Bruce Wayne
Admin
avatar

Messages : 227
Dollars : 360
Date d'inscription : 13/05/2010

MessageSujet: II. Les débuts du Chevalier Noir   Sam 15 Mai - 1:08

"C'est la nuit qu'il est beau de croire à la Lumière"
de Edmond Rostand

Le meurtre des époux Wayne plongea la ville de Gotham dans le deuil. Ces deux citoyens émérites, ayant œuvré pour le bien commun pendant des années étaient tombés par la main même d'une ville qu'ils avaient cherché à protéger, servir et sauver. Cette fin fut le commencement d'une nouvelle ère pour Gotham, mais aussi pour un jeune homme frappé de plein fouet par cette disparition: Bruce Wayne. Seul héritier de la fortune et de l'Empire de ses parents, il se retrouva rapidement submergé par le chagrin et parti rapidement de Gotham pour poursuivre des études d'économie et de finance, loin de ces souvenirs terribles, mais rien n'y fit. Rongé par cet affreux souvenir, dévoré par une culpabilité lancinante, Bruce Wayne était désormais sûr d'avoir été le déclencheur du meurtre de ses parents après la séance du film où il avait voulu aller tandis que son père ne le désirait pas, honteux de n'avoir rien fait alors que les coups de feu avaient retenti. La tristesse laissa place à une forte dépression puis à une terrible colère qui se mua en haine. Cette haine n'était pas braquée sur un visage ou un homme, elle l'était sur une organisation, une idée grandiloquente de la criminalité. L'on avait pas retrouvé l'assassin de ses parents car moins qu'un homme c'était une conséquence, c'était le résultat d'une politique cruelle et criminelle nourrit par le Romain de la ville, par son organisation qui frappait sans se soucier des conséquences.

Durant ses études, le jeune Bruce employa une partie de sa fortune à ses entraînements dans diverses arts martiaux et en sport de combat, lubie qui passa aux yeux de son majordome comme un besoin naturelle d'une homme de sa condition: impressionner les jeunes femmes et s'assurer quelques bonnes notes dans l'université, mais déjà Alfred se doutait que quelque chose changeait chez ce jeune homme qu'il avait vu grandir et dont il avait la responsabilité. Son retour à Gotham et la récupération de son Empire entre les mains d'un Conseil d'administration corrompu et bien loin de l'idéal de ses parents fut grandement médiatisé, et les journaux découvrirent un jeune playboy souriant et insouciant, dépensant sans compter, dilapidant des sommes folles en jeux et soirée chic. La pègre fut soulagée de voire l'enfant de leur ennemi d'antan être aussi pathétique, le Romain tenta même quelques manœuvres pour se mettre Wayne dans la poche, mais découvrit rapidement que cet enfant volage n'était pas le pantin qu'il aurait pu espérer, une nouvelle guerre d'intérêt allait naître dans le paysage économique de la ville.

Mais la nuit, ce n'était plus la bourse et les banques qui dominaient, mais le crime, entre viols, meurtres, vols, braquages, enlèvements, Gotham s'enfonçait dans le chaos. La police agissait à double vitesse, entre agents intègres perdus dans des brigades corrompues et des supérieurs qui vivaient plus de pot-de-vin que de leur salaire, le Gotham Central était devenue une antenne de la pègre et blanchissait allègrement les activités les plus louches. Une ombre apparut alors dans le ciel nocturne de Gotham, d'abord une cape et une silhouette, puis des rumeurs et des ragots, lorsqu'enfin une poignée de petites frappes fut arrêtée, ligotée à un poteau, les visages recouvert de bleu, baragouinant d'incompréhensibles histoire sur une chauve-souris géante.

Dans le flot des officiers corrompus, un homme s'était toujours montré intègre, le lieutenant James Gordon. Père d'une modeste famille il faisait tout son possible pour être un bon policier, mais encadré par des ripoux et des égoïstes, le pauvre homme peinait à faire valoir la Justice qu'il aimait tant. Le Chevalier Noir de la ville tenta à plusieurs reprises d'entrer en contact mais ne parvint pas à convaincre l'homme désabusé et las de voir tous ses efforts sans cesse réduit à néant par les faux jugements et les libérations à la chaîne qu'autorisait le bureau du procureur et le Palais de Justice. L'efficacité du Gotham Central ne pourrait être pleinement obtenue qu'aussitôt les services judiciaires nettoyés.

Les arrestations cependant s'accélérèrent, les preuves fournies par le chevalier noir de par ses investigations permirent l'incarcération d'une centaines d'homme de mains de la pègre, les juges encore intègres se prirent au jeu et voulurent frapper fort également, la Palais de Justice commença à juger ses propres membres. Vint alors l'assassinat du procureur de la ville qui plongea les institutions dans le plus grand désarroi, la pègre frappait fort et en plein jour pour rétablir son pouvoir. Le Conseil de la Ville tenta son possible pour réfréner le commissariat via Loeb, son pion de toujours, mais rien n'y fit. Il semblait que Gotham ait choisi de se débarrasser de la pègre qui sévissait dans ses rues. Cette affreuse sensation devint une dure réalité lorsque les élections du nouveau procureur catapultèrent le jeune et juste Harvey Dent au devant de la scène.

Pour survivre au nouveau trio Dent-Gordon-Batman, trio d'une efficacité redoutable, la criminalité de la ville allait devoir changer et c'est ce qu'elle fit...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://batman-reborn.forums-actifs.com
 
II. Les débuts du Chevalier Noir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Reborn RPG :: Avant de jouer :: L'univers de Batman Reborn :: L'Histoire-
Sauter vers: